TRACI

TRACI

Donjon du Château de Tracy à VireLes plus lointains ancêtres connus de la famille de Tracy comprennent deux TURGIS, et comptent parmi leurs descendants, entre autres, Georges Washington (à la 23° génération), Winston Churchill et Lady Diana (à la 25° génération). Avant 1066, les relations entre les individus sont nébuleuses et parfois contradictoires, et de nombreuses versions ont été reportées çà et là. Après des heures de recherche et de croisement des diverses sources disponibles, en voici la plus logique.

Probablement vers 1009 ou un peu après, un certain Hugh Rufus (Sire) de Tracie a un fils prénommé TURGIS, qui est de fait le plus ancien TURGIS connu en France. On ne sait pas grand chose d’autre de Hugh, sinon qu’il mourut après 1066. Tracie se situait en Normandie, probablement dans l’ancienne commune de Neuville, près de Vire (Calvados) ou se trouve encore aujourd’hui le donjon de Tracy (photo).

Sir TURGIS, fils de Hugh (également référencé comme Turgisus ou Turgisins) de Traci, a été sénéchal de Guillaume le Conquérant (1028 – 1087) et s’est apparemment distingué lors de la bataille de Hastings le 14 Octobre 1066 malgré ses 60 et quelques années. Il en recevra de nombreux fiefs dans le Devon comme récompense. Dans le Domesday Book, en 1086, il est enregistré comme seigneur de Butterford, Coldstone, Collaton, Fernhill, Meavy, North Bovey, Shaugh Prior et Stancombe (cf. carte du sud-ouest de l’Angleterre ci-dessous avec marqueurs). La famille de Traci, possède alors, comme tant d’autres après la Conquête, des domaines de deux côtés de la Manche. Sir TURGIS sera par la suite chargé par Guillaume de la défense de la ville du Mans contre les habitants du Maine révoltés contre l’encombrant occupant Normand vers 1073. Avec son compère Guillaume de la Ferté-Macé, il sera finalement bouté hors de la ville par les insurgés emmenés par Fulk le Rechin, comte d’Anjou. TURGIS a alors acquis suffisamment de notoriété pour être un des personnages mentionnés dans la Chanson de Roland, sorte de récit épique du XIème siècle.

Sir TURGIS aura eu deux enfants; une fille, au nom resté inconnu, et un fils, Guillaume, probablement vers 1045. Il est possible que sa fille ait eu un fils Gilbert, car on trouve trace en 1082, dans une charte souscrite à Tracy par un Guillaume de Traci, « en la présence de son neveu, Gilbert » (Gallia Christiana, xi. Instrum. p. 107). Rien n’a subsisté de la descendance de Gilbert. Quant-à Guillaume, il se mariera, très probablement à l’incitation, sinon à la grande satisfaction de TURGIS, son père, avec Rohésia de Conteville, soeur du comte de Cornouaille Robert de Mortain (Manche) et demi-soeur de Guillaume le conquérant! Les de Tracy et de Conteville se connaissaient très probablement car Guillaume de la Ferté était marié à une Muriel de Conteville.

Après la Conquête et une fois installé au chaud dans leurs nouveaux quartiers, Rohésia et Guillaume auront trois enfants: Henri (1068), TURGIS (II) de Tracy (1070), et Giéva (1072).

Henri de Tracy épousera la fille et héritière de Johal FitzAlured de Mayenne, dont le prénom est inconnu. Johal (ou Juhel, ~1049 – >1123) avait été un des leaders Bretons ayant traversé la manche avec Sir TURGIS, Guillaume de la Ferté et Guillaume le Conquérant, qui lui avait confié en retour le domaine de Totnes (sud du Devon) ainsi que les fiefs voisins de Clawton, Broadwood Kelly, Bridford et Cornworthy. Johel sera remplacé à Totnes après la mort du Duc Guillaume en 1087, mais de par sa dévotion corps et âme au Roi Guillaume II, il héritera avant 1100 de la puissante seigneurerie de Barnstaple, au nord de Totnes (Devon) – une baronie ancienne et affluente qui, avant 1066, battait sa propre monnaie, et qui restera longtemps très puissante. A la mort de Juhel après 1123, Henri héritera de la moitié de la Baronie de Barnstaple.

En 1135, la succession controversée par Stephen d’Henri Ier au trône d’Angleterre provoque un soulèvement des barons dans tout l’ouest du royaume. Le roi Stephen, tentant de contrer ce soulèvement, vient assièger l’épicentre de la révolte, le château de Dunster, vers la fin du printemps 1139. Mais constatant que le château est imprenable, il fait construire un contre-château qu’il confie à Henri de Tracy. Vers 1143, Henri finira par capturer une centaine de chevaliers au baron rebelle (Guillaume de Mohun). La descendance d’Henri par sa première femme et leur fils Oliver de Tracy est traçable jusqu’à nos jours. En effet, dans les quelques centaines d’années qui suivront, les de Tracy seront successivement chevaliers dans les régions de Toddington et Gloucestershire, shérifs et même membres du Parlement Anglais. C’est pourtant la branche la moins prestigieuse de la famille!

En effet, en 1072, Guillaume et Rohésia auront également une fille, Giéva qui deviendra la énième concubine d’Henri I d’Angleterre (1069 – 1135), le 4° fils de Guillaume le Conquérant. Pour ceux qui suivent, entre 1090 et 1097 selon les sources, leur fils Guillaume de Tracy naîtra dans le luxe (comme les 23 autres enfants illégitimes d’Henri « Beau Clair »!) à Westminster Palace, Londres. Il deviendra par la suite baron de Bradninch, à mi-chemin entre Totnes et Barnstaple, pendant qu’en 1123, Henri I fera construire en Normandie, au sud du donjon de Tracy, sur un éperon rocheux contourné par un méandre de la Vire, un donjon carré muni d’une première enceinte, afin d’assurer la défense du duché contre les renforts à ses opposants venant de Bretagne et du Maine. Guillaume mourra en 1136 à Barfleur (Normandie), laissant une fille Grace (1105 – 1140), dont le fils Guillaume (1135 – 1189) se rendra tristement célèbre comme l’un des quatre chevaliers qui assassinèrent l’archevêque de Canterbury, Thomas Becket, en décembre 1170, perdant par jugement tout droit sur ses terres. C’est par Grace que la descendance de la famille conduira à George Washington et de nombreuses autres personnalités célèbres.

On trouve encore une trace de leur second fils, TURGIS, témoin avec Henri et « Gève » (Gieva) dans une charte de 1110, de la cessation par Guillaume et Rohésia de terres boisées situées à La Lucerne, et du moulin de Champrepus au Mont St-Michel (Keats-Rohan, « Domesday Descendants », p. 743). La donation par Guillaume de domaines sis à Montpinçon, La Luzerne, Champrepus, Saint Vigor-des-Monts et Argouges, se retrouve dans les chartes du Mont St Michel, et est signée par TURGIS, l’évèque d’Avranches.

Abbaye de RocheIl est mentionné que Richard Fitz Turgis « de Wickersley » (Yorkshire), est peut-être le fils de ce TURGIS II de Tracy. Richard co-fondera l’abbaye de Roche (photo) en 1147 avec Richard de Busli, le petit-fils d’un des barons les plus puissants d’Angleterre. TURGIS avait à l’époque le contrôle du village voisin de Hooton Levitt. Pour la petite histoire, l’abbaye est située au nord de la forêt de Sherwood, et il est de tradition populaire que Robin des Bois y vint à la messe (un pélerinage en ce sens persiste encore de nos jours). Richard Fitz Turgis adoptera finalement le patronyme Wickersley, un nom qui finalement s’éteindra vers 1550 quand un Nicolas Wickersley n’aura comme descendance qu’une fille. Bien que les dates correspondent, cette filiation est toutefois improbable de par la situation géographique du site, très éloignée du Devon, et de l’origine des moines cisterciens venus du Northumberland très au nord. Il est plus probable que Richard FitzTurgis soit lié au noyau TURGIS identifiés à Clipston en 1210, à peine 100 km plus au sud.

Au détour de cette histoire, on constate que Sir TURGIS de Tracy, premier du nom aura été très probablement assez proche de Guillaume le Conquérant, pour finalement marier son fils Henri à sa demi-soeur et rester dans les petits papiers de deux rois successifs après sa mort. On voit aussi très bien les liens étroits existant entre la Normandie et le sud ouest de l’Angleterre à cette époque. Il apparaît également que si le prénom TURGIS aura survécu à l’adoption des patronymes héréditaires en Angleterre vers 1150, ce ne fut pas par l’intermédiaire de Richard Fitz Turgis.

Il va falloir chercher nos ancêtres patronymiques ailleurs…

5 réactions au sujet de « TRACI »

  1. Merci pour ce panorama sur notre patronyme.
    J ouvre un nouveau champ de recherche…..
    Pourquoi retrouve t on dans la chanson de roland , un certain Turgis de tortosa?
    John TURGIS

  2. Que voilà un joli récit qui donne toute la saveur des recherches généalogiques dans l’histoire permettant de continuer les recherches non pour chercher un ancêtre avec des titres mais du fait que nous voyageons dans l’histoire et la géographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.