THORGILS

THORGILS

THORGILS
« THORGILS » écrit en runes Futhark

L’histoire du nom TURGIS (et ses dérivés moins communs en France comme Tourgis, Thurgis, Turgie, Tourgie et Thurgie), ainsi que STURGIS (et ses dérivés Sturges(s), Sturgis, Stirgess, et Turgoose), très peu communs en France et plus répandus en Angleterre, est d’abord une affaire de Vikings.

Le nom THORGILS, dont ces patronymes dérivent, est en effet un ancien prénom d’origine norroise (scandinave). Il signifie dévoué à Thor ou otage de Thor. Au delà de la ressemblance phonétique, l’origine du nom est largement renforcée par la répartition géographique qui perdure très largement aujourd’hui des familles TURGIS en France et STURGIS en Angleterre, qui se concentrent chaque fois à proximité immédiate des sites maritimes d’invasion Viking des IXème et Xème siècles.

En Angleterre, le « S » de Sturgis est la contraction de « Fitz », l’origine éthymologique de « fils » en ancien Anglo-Saxon. Les plus répandus des « fitz » sont de nos jours probablement « Fitzgerald » ou « Fitzpatrick », mais on trouve encore des Fitzturgis outre-Manche.

Les personnes qui portent des patronymes issus du norrois ont pour la plupart des origines scandinaves, puisque ces prénoms étaient héréditaires dans des familles venues du nord de l’Europe et non pas donnés comme noms de baptême, avant de devenir patronymiques vers le XIIIe siècle en France, et ce, contrairement à la plupart des noms de famille issus de prénoms germaniques (Bernard, Gérard, Robert, etc.) qui étaient donnés au moment du baptême, sans pour autant être liés à l’origine germanique de la famille. Les patronymes officiels devinrent nécessaires quand les gouvernements introduisirent les impôts personnels, par exemple en Angleterre la « Poll Tax » au début du XIIIe siècle.

Le nom se retrouve aussi, comme très souvent avec les Vikings, dans des noms de lieux (voir carte); les plus « importants » étant Tourgéville (Calvados), et Stratfield-Turgis en Angleterre (Northamptonshire). A noter qu’il a également existé un Turgisville, ancien nom de la commune actuelle de Saint-Jean-de-la-Rivière (Manche). Il perdure également en de rares endroit en Normandie et dans le Devon de minuscules hameaux ou lieu-dits portant directement le nom TURGIS.

D’une façon générale, avant 1500 en France, d’après Généanet, les TURGIS sont les plus répandus dans la Manche, avec un épicentre à Honfleur (nom lui aussi d’origine Viking), et les TOURGIS sont plus nombreux dans le Calvados. Aujourd’hui, d’après des statistiques tirées des derniers recensements, le nom de famille TURGIS est utilisé au moins 357 fois dans au moins 7 pays, dont 310 en France et 30 en Angleterre. Le nombre de TURGIS hors de la Normandie est pour ainsi dire confidentiel. D’autres chiffres sont citées selon les sources consultées, mais les ordres de grandeur restent les mêmes.

Invasions VikingsIl est donc assez probable que les premiers TURGIS de France tirent leur origines de plusieurs individus dénommés THORGILS, s’étant installés en Normandie à partir du IXe siècle, après en avoir pillé et ravagé les côtes… L’héritage Viking dans notre ADN est ceci dit probablement extrêmement mince, car on estime dans l’ensemble que les invasions Vikings ne concernent pas plus de 5 à 6000 individus au total, mais ceux qui s’y sont installés après que Charles Le Simple ait attribué la Normandie au chef Viking Rollon (an 911) pour faire cesser les pillages ont remplacé en priorité la classe dominante et ne se sont pas ou peu mêlés à la population générale. En Angleterre, aucune négociation n’a pris place et les Vikings se sont répandus et installés quasiment partout en Angleterre comme le montre la carte.

Le premier enregistrement connu du nom TURGIS en tant que nom de famille « officiel » est celui de HenrBlason Sturgisy Turgis, et est daté de 1210 en Angleterre, dans le document « The Pipe Rolls of Wiltshire », pendant le règne du roi Jean Sans Terre (« Lackland »), 1199 – 1216. Le plus ancien porteur connu du prénom en France est probablement Sir TURGIS de Tracy, né vers 1009.

Le nom STURGIS, lui, se retrouve dans le Northamptonshire avant 1066. Le siège de la famille à Clipston n’a en effet pas été attribué comme de nombreux autres à un noble Normand après la bataille d’Hastings, selon le répertoire des possessions établi à la demande de Guillaume le Conquérant en 1086, le Domesday Book. Les STURGIS ont donc conservé leur blason.
A partir de 889 le Northamptonshire a été conquis par les Danois, probablement venus d’Irlande, et intégré dans le Danelaw (la contrée Danoise) jusqu’à être repris par les Anglais sous le roi Edouard l’Ancien, fils d’Alfred le Grand en 917. Le Northamptonshire a été reconquis en 940, cette fois par les Vikings descendus de York, qui ont dévasté la région, pour se voir la reprendre en 942 par les Anglais. En conséquence, le Northamptonshire est un des rares comtés à porter des noms de lieux à la fois Saxons et Danois. Les STURGIS de Clipston y sont probablement descendants d’individus nommés THORGILS venant de ces invasions.

Le premier de ces THORGILS à émerger dans l’Histoire était un rêveur un peu agité, comme le suggère le chapitre suivant.

 

Une réaction au sujet de « THORGILS »

  1. Très intéressant mais sachez que Charlemagne avait battu avec difficultés d’ailleurs les Saxons où on parlait le germain or la Saxe se situe au sud du Danemark et l’origine d du norois langue des Vikings est la même « le germain » si bien que nous croyons que le Vrétot est l’habitat du chef VRé mais l’origine vient peut-être d’avant l’invasion normande!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.